mardi 17 octobre 2017

Premiers pas à Pyongyang










2053e jour - Abandonner, au moins l’espace d’une journée, Google Maps pour Mapillary. Se promener dans le peu de Pyongyang qui y est donné (mais même un peu, ici, ce n’est pas rien). Ouvrir de grands yeux. Se demander : arrive-t-il qu’il y ait des embouteillages en Corée du Nord ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 16 octobre 2017

Une certaine idée de la femme - Campinas

2052e jour - Pour une fois, juste des images (mais j’ai l’impression qu’elles se passent de paroles)…














/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 13 octobre 2017

Deux images qui se répondent - Campinas


2051e jour - Quelque chose m’échappe dans les corps refaits que l’on croise ici – dans ces seins qui crient à la face du monde à quel point ils sont factices.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 12 octobre 2017

Des filles en plus dans le décor - Campinas






2050e jour - Quand je suis venu pour a première fois dans Jardim Itatinga au sud de Campinas, j’ai découvert un quartier qui avait émergé de nulle part dans les années soixante pour très vite devenir une plaque tournante de la prostitution régionale. À l’époque de ce premier voyage – c’était en octobre 2011 – les premières images sur lesquelles on tombait quand on tapait “Jardim Itatinga” dans un moteur de recherche étaient des extraits de journaux télévisés brésiliens qui montraient des opérations commando menées par les forces de police en vue de démanteler les réseaux locaux de drogue et de prostitution. Il faut croire que ces opérations n’ont pas totalement atteint leurs objectifs : le commerce du sexe semble toujours aussi florissant ; pire, un peu partout aux marges du quartier de nouvelles “maisons”, depuis, se sont mises à fleurir…
Ci-dessus comme ci-dessous, la première image date de 2011, la seconde de 2016…




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 11 octobre 2017

Tous les visages ne sont pas flous dans Street View


2049e jour - Campinas, Brésil. L’essentiel de ce que je pourrais dire, ici, tient dans le titre du post. Pour le reste, c’est l’image qui parle.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 10 octobre 2017

Aller voir - Denver



2048e jour - Aller voir est devenu pour moi une obsession. Aujourd’hui, par exemple, l’envie m’est venue après être tombé sur une image postée sur Instagram.
Aller voir, pour moi, c’est un peu comme vérifier que les choses existent vraiment. C’est une façon de les réactiver. C’est également une façon d’“ouvrir le cadre”, d’épouser les alentours dans un hors-champ vertigineux. Qu’il s’agisse des lieux d’une image dans lesquels je me parachute ou qu’il s’agisse de ceux d’une adresse, à chaque fois, j’ai l’impression de traverser le miroir. C’est terriblement enthousiasmant.




Chacun de ces voyages est l’occasion de mille découvertes. Ici, je me suis promené dans le quartier, j’ai exploré les rues limitrophes. Ici, j’ai voyagé dans le temps pour découvrir que jusqu’en 2014, la façade du Sound Town de Denver était rouge. J’ai vu le paysage de nuit aussi. D’aucun pourraient penser que tout cela est bien vain, anecdotique, sans intérêt. Je ne saurais bien expliquer pourquoi mais il se trouve que pour moi cela tient de l’essentiel.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 9 octobre 2017

Nikel, Oblast de Mourmansk (2)



2047e jour - Il faut voir, paraît-il, Nikel l’hiver, quand les heures de jour sont comptées, quand la neige vient de tomber, qu’elle recouvre et fait oublier, un temps durant, les poussières, la crasse, les traces laissées sur le paysage par les fumées des usines.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 6 octobre 2017

Nikel, Oblast de Mourmansk




2046e jour - Je ne sais pas grand chose e Nikel si ce n’est ce qu’en dit Wikipédia :
Nikel (en russe : Ни́кель, littéralement « Nickel ») est une commune urbaine de l'oblast de Mourmansk, en Russie, et le centre administratif du raïon de Petchenga. Sa population s'élevait à 11 599 habitants en 2017.




Ou, plus loin, toujours sur Wikipédia : 
L'exploitation du nickel commence en 1935 et entraîne la construction de logements ouvriers. L'endroit, connu alors sous le nom finnois de Kolosjoki, est depuis quinze ans possession de la Finlande, dont la compagnie Petsamon Nickeli exploite le gisement. Après la Seconde Guerre mondiale, le territoire passe sous la souveraineté de l'Union soviétique, qui remet en état l'exploitation détruite par la guerre. Aujourd'hui la compagnie Petchenganikel, filiale du consortium Norilsk Nickel, exploite le gisement et emploie environ 2 200 personnes. 

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 5 octobre 2017

L’orage du passé - Buford


2045e jour - Machine à remonter le temps : à Buford, dans le Wyoming, j’ai contemplé un orage passé sur le paysage il y a plus d’une dizaine d’années – les images de la Google Car sont datées d’août 2007.
Trois choses qui alors m’ont marqué : la densité anthracite des nuages ; le mur de pluie sur l’horizon ; les camions, sur l’autoroute toute proche, contraints de mettre leurs phares pour avancer…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 4 octobre 2017

La plus petite ville des États-Unis - Buford


2044e jour - Avec son seul habitant, Buford, dans le Wyoming, est considérée comme la plus petite ville des États-Unis. Située à 2400 mètres d'altitude et balayée par les vents, la petite bourgade de 4 hectares, bordée par les montagnes Rocheuses, a été désertée après que la voie ferroviaire qui la desservait ne soit déviée. Mais la ville n'a pas toujours été abandonnée. Fondée en 1866, elle a un temps compté 2000 habitants et a aussi vu passer quelques personnalités dont le président américain Ulysse S.Grant qui l'a visité en 1869. Butch Cassidy, le célèbre hors-la-loi immortalisé à l'écran par Paul Newman, y a même été arrêté après avoir braqué un commerce.
Dans les années 1980, un certain Don Sammons y a emménagé avec sa femme et son fils. Devenu maire, il a fini par acheter la ville en 1992 avant d’en devenir le seul habitant après la mort de son épouse et le départ de son fils pour le Colorado. En 2012, Don Sammons a mis sa ville aux enchères pour 100 000 dollars. Elle a finalement été acquise pour 900 000 dollars par Phạm Đình Nguyên, un ancien Viet Cong, souhaitant par ce geste, je cite, se racheter auprès de l’opinion publique américaine.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci